Le circuit imprimé artisanal

A partir du moment où l’on va s’intéresser un peu à l’électronique, on va se heurter au probleme de la gravure du circuit imprimé. Si l’on se renseigne, on trouvera dans les différents magasins et catalogues que le prix minimum d’un ensemble pour gravure est d’environ 150 euros, Ce qui peut en rebuter plus d’un….Nous Allons donc vous présenter ici les méthodes pour faire vous même vos circuits imprimés sans achat d’insoleuse ni de graveuse, puis analyser leurs points forts et leurs points faibles.

La première méthode consiste à acheter une plaque avec des pastilles de cuivre trouées(cf photo).Il suffira donc juste de placer les composants et de les relier soit par des points de soudures, soit par des straps.

Avantages

  • facile : (prêt à l’emploi)
  • indispensable pour les prototypes
  • Pas de chimie

Inconvénients

  • Il est parfois fastidieux de relier les pastilles entre elles
  • La taille du montage n’est pas oprtmisée
  • Cette solution est recommandée pour les débutants…

La deuxième méthode permet de faire un circuit imprimé proprement dit.Cette derniere consiste à tracer ses pistes directement sur une plaque brute (non présensibilisée) à l’aide d’un feutre spécial disponible chez les revendeurs. Il suffit après de faire graver la plaque dans une bassine de perchlorure de fer (granulés jaune sur la photo). Ici, on peut très bien utiliser un dessous de pot de fleur qui servira de graveuse . Elle recevra de l’eau chaude (30 degrès) et le perchlorure de fer. On plonge ensuite notre plaque dans ce mélange. Il faut ensuite vérifier de temps en temps l’état de la gravure. Il faut que tout le cuivre autour des pistes disparaisse (plusieurs heures environ).

Avantages

  • Permet de reproduire quelques montages simples.

Inconvénients

  • Résultat pas toujours très propre…
  • Manque de précision

Cette methode est parfaite pour des petits montages nécessittant qu’une dizaine de composants et des pistes de largeur moyenne (suivant la largeur de la pointe du feutre).

La dernière méthode abordée est la plus complète. Elle a le même principe que la méthode traditionnelle mais avec des éléments de substitutions.

Il faut tout d’abord se procurer auprès de son fournisseur de plaques présensibilisées et d’un calque des pistes côtés cuivre. c’est à dire que le cuivre est recouvert d’une résine photosensible. On va ensuite insoler celle plaque grâce à un tube actinique .Ici il est présent sur une vieille machine à bronzer. On peut aussi s’en procurer chez les revendeurs et faire soi même son insoleuse pour une dizaine d’euros… On placera une vitre dans le montage pour que la calque soit bien joint contre la plaque. Cette étape ne dure que 2 ou 3 minutes, à vous de le déterminer.

Une fois la plaque insolée, il va falloir enlever la résine qui a été exposée aux U.V. Pour cela on va la faire tremper quelques seconde dans du révélateur.

Enfin il faut graver la plaque comme dans la précédente méthode.

Avantages

  • méthode permettant de tout faire
  • est une alternative à l’achat d’un labo complet

Désavantages

  • Il va falloir sacrifier quelques plaques pour les réglages des temps d’insolations…

C’est donc une très bonne méthode mais qui demande un certain temps de réglage.

Bricotronique

Le bricolage aussi bien pour les professionnels que pour les bricoleurs du dimanche, c’est ici. Vous y trouverez de nombreux conseils et astuces pour aménager votre maison. N’hésitez pas à nous contacter ici.

— VERIRL —