Bûches, granulés, plaquettes, quelle énergie bois est la plus performante ?

Le bois énergie est particulièrement apprécié des Français en raison de sa performance, mais surtout de son faible coût. Toutefois, il existe des différences notables entre les différents formats que sont la bûche traditionnelle, son homologue en bois compressé, les pellets ou encore les plaquettes de bois. Comment choisir le combustible répondant le mieux à votre besoin ?

La bûche traditionnelle, une solution peu coûteuse pour se chauffer

Pour se chauffer au bois, c’est évidemment la bûche classique qui est la plus couramment utilisée. C’est également de loin la solution de chauffage la moins chère. Toutefois, pour que ce soit effectivement le cas, il faut faire attention à bien choisir le bois que vous allez utiliser pour vous chauffer.

A découvrir également : Chaudière à gaz : bon ou mauvais choix ?

En effet, certaines essences emmagasinent davantage d’humidité que d’autres. Or, si vous utilisez un bois humide, l’énergie issue de la combustion est utilisée pour transformer l’eau en vapeur. De fait, il y a beaucoup de bois d’énergie libérée sous forme de chaleur. Ainsi, une essence qui stocke naturellement de l’humidité est peu intéressante à brûler pour se chauffer.

C’est le cas notamment des résineux comme le pin maritime, le sapin, l’épicéa, le pin sylvestre, le douglas ou encore le mélèze. Il faut donc leur préférer des essences de feuillus comme le chêne, le hêtre, le châtaignier, le charme, le frêne, le bouleau, l’acacia ou encore l’aulne.

Lire également : Doit-on impérativement entretenir sa climatisation ?

Ainsi, si vous envisagez de vous faire livrer des bûches de 30 cm sur palette, exigez uniquement du feuillu séché au préalable. Le prix peut alors être supérieur à celui que vous pouvez trouver en grande surface ou dans les magasins de bricolage. Mais en réalité, ce n’est pas du tout le cas car le pouvoir calorifique d’une bûche sèche peut être jusqu’à 5 fois supérieure à celui d’une bûche humide.

Les bûches compressées pour leur simplicité d’utilisation

Une alternative existe en matière de chauffage bois, c’est la bûche compressée. Il s’agit d’un rondin de 30 cm de longueur. Celui-ci est exclusivement constitué de résidus de scierie ou de copeaux de bois forestier qui ont été compressés. Le simple fait d’exercer une pression relativement élevée suffit à agglomérer tous ces résidus entre eux, et ce, sans ajouter le moindre liant ou produit chimique. Du simple fait de sa fabrication, le bois compressé est considéré comme écologique.

Le principal avantage de ces bûches en bois compressé se situe au niveau de la combustion. Celle-ci peut atteindre 2 heures pour les bûches compressées dites de jour. Il existe des modèles qui ont une combustion bien plus lente et qui sont principalement utilisés la nuit. L’objectif n’est alors pas de chauffer très fort, mais bien pour maintenir une température minimum de confort pour le moment du réveil.

Par ailleurs, ce combustible est nettement plus facile à entreposer à l’abri car ces bûches sont d’un format parfaitement calibré. Plus besoin de jouer de la tronçonneuse ou de la hache pour parvenir à les stocker, voire pour les utiliser dans son poêle ou dans son insert.

Les pellets, pour un chauffage bois automatique

La fabrication des pellets est strictement identique à celle des bûches en bois compressé précédemment décrites. Seul le format change puisque l’on passe d’un morceau de bûche de 30 cm de long à des granulés de quelques millimètres.

Les avantages sont identiques, notamment en ce qui concerne le stockage et la simplicité d’utilisation. Concernant ce dernier point, cela va même beaucoup plus loin car il existe de nombreux poêles à pellet permettant d’alimenter automatiquement le foyer. Il n’y a donc plus du tout à s’en occuper, juste à régler le thermostat.

Les plaquettes forestières

Les plaquettes forestières sont souvent les grandes oubliées du bois énergie. Pourtant, celles que l’on nomme également bois déchiqueté sont fabriquées uniquement à partir de résidus de l’exploitation des forêts. Tout comme les pellets par exemple, c’est donc une manière de valoriser les déchets d’une filière pour se chauffer à bas prix.

Comme toujours, c’est le temps de séchage et donc le taux d’humidité de ces dernières qui influent sur leur pouvoir calorifique. Il est donc important de prioriser un taux d’humidité inférieur à 30 % et une taille pour les plaquettes ne dépassant pas 3 cm.

En ce qui concerne leur stockage, ce combustible est relativement simple à entreposer. Toutefois, il demande de disposer d’un espace relativement conséquent.

Bricotronique

Le bricolage aussi bien pour les professionnels que pour les bricoleurs du dimanche, c’est ici. Vous y trouverez de nombreux conseils et astuces pour aménager votre maison. N’hésitez pas à nous contacter ici.

— VERIRL —